NAD > Créations artistiques > Article dans le journal LA PROVENCE en septembre 2001

Article dans le journal LA PROVENCE en septembre 2001

Philippe NEMBI expose ses luminaires à Paris

L’artiste expose à l’espace atelier des Métiers des arts au Salon international de la maison et de l’objet à Paris Nord Villepinte du 7 au 11 septembre..

Philippe Nembi s’est lancé. La création, il est tombé dedans quand il était petit. Les dessins dit modernes furent son moyen d’expression durant sa scolarité. Ce qui lui valut des notes insuffisantes pour entrer à l’école des beaux – Arts. Quel paradoxe !
Un BEP mécanique en poche, Philippe Nembi s’orienta dès 1987 vers le travail de l’aluminium. Son père, déjà dans le métier depuis de nombreuses années, lui apprit toutes les ficelles. Fort de ses connaissances, il créa les Nouveaux Ateliers de décoration (NAD) en 1994. Son père et son frère l’ont rejoint dans cette aventure qui devint familiale. Au fil du temps, les demandes de la clientèle devenant trop « carrées » et son désir de créer se faisant plus pressant, il décida de se lancer.

Au début il tâtonne dans la technique : il faut réfléchir aux aérations pour éviter les surchauffes au niveau de l’éclairage, il faut penser au moyen de pouvoir changer les ampoules le plus facilement possible, il faut éviter que la rouille ne réattaque le métal… Puis vinrent les premières tentatives il y a 6 mois. Ses matériaux de base sont des pièces de récupération en métal qu’il façonne à son idée pour en faire des « sculptures – points lumineux » comme il aime à les appeler. « J’ai toujours aimé le fer. A l’école, je gardais les essais que je faisais même s’il ne me servait à rien » souligne l’artiste. Le métal, c’est un travail de longue haleine. Après l’avoir poncé à deux reprises, avoir soudé les divers composants, appliqué le produit antirouille, installé le système électrique et le verre poli puis verni le tout, l’œuvre est enfin achevée. C’est l’aboutissement de centaines d’heures de travail. « Je travaille tous les domaines dans mes créations : le fer, l’électricité et le verre ».

Durant le travail de ponçage, les défauts de la matière, les creux ou les particularités de la pièce de base utilisée (numéro de série sur une d’entre elles) apparaissent. Ces détails ne rendent que plus vivants ces « mastodontes aux formes primitives ». Il faut dire que ces luminaires pèsent en moyenne entre 120 et 130 kgs !

« J’ai créé mon style, précise Philippe Nembi. Ma passion c’est la création d’éléments lourds aux formes modernes épurées qui durent dans le temps ». Les verreries perses importées d’Iran (NAD en est le distributeur exclusif), servant à la diffusion de la lumière des halogènes, apportent une touche colorée et douce à la fois. Les couleurs criardes (bleu brut par exemple) sont atténuées par l’aspect mat et sableux des pavés de verre. Qu’elles se nomment « cracking », « menhir » ou « mikado », la technique est empreinte d’une originalité sans précédent.
Son book s’étoffe peu à peu et des esquisses de nouveaux luminaires s’entassent déjà en attente d’être réalisées. Il faut dire que de l’imagination, notre créateur n’en manque pas !
Pour voir ces points lumineux, poussez la porte des nouveaux ateliers de décoration, quartier de la Bastide 13220 Châteauneuf les Martigues (face à Lomatrans) Tél : 04 42 76 20 60.

Nous écrire

Les champs indiqués par un asterisque (*) sont obligatoires
Nos partenaires :