NAD > Créations artistiques > Article dans le journal AMBIANCE en décembre 2001

Article dans le journal AMBIANCE en décembre 2001

Ambiance


Le jeune créateur des sculptures - lampes en pièce unique est passionné par les matières lourdes. Le verre perse apporte néanmoins une touche colorée et douce à la fois. Résolument contemporain, le design des lampes s’inspire du monde industriel.

Les Nouveaux Ateliers de Décoration. C’est ici, en pleine campagne de Châteauneuf les Martigues, près de Marseille, que Philippe Nembi donne libre cours à son imagination pour créer des collections de luminaires, au moins aussi originales qu’imposantes. Ses lampes aux formes modernes épurées, qui mesurent régulièrement près de deux mètres de hauteur et présent jusqu’à 200 kilos, trouvent leur place dans des décors, résolument contemporains des maisons d’architecte et des bâtiments institutionnels. Tout ici est fait pour durer dans le temps. Et tout tourne autour de la matière. Récupérés, travaillés et détournés, les tôles et les fers donnent naissance à des véritables sculptures points lumineux aux formes primitives dans lesquelles sont intégrés des pavés de verre soufflé, fabriqués en Iran de manière artisanale et choisis pour leur aspect mat et sableux. Le fer opaque, massif, brutal met ainsi en lumière toute la fragilité et les couleurs vives du verre translucide.

Des centaines d’heures de travail par pièce

« Le design de mes créations est largement inspiré du monde industriel, un monde incontournable à mon œil puisque les raffineries de l’étang de Berre sont très proches de mon atelier. C’est là que je trouve ma principale matière première, l’acier, à qui je fais subir un traitement spécifique visant à mettre en valeur tous les défauts de matière. Creux, bosses, rayures et inscriptions gravées dans la tôle restent d’ailleurs apparents, ces détails ne rendent mes créations que plus vivantes », explique Philippe Nembi. Cet artisan – créateur comme il aime se nommer, cet autodidacte de la décoration consacre plusieurs centaines d’heures de travail à chacune de ces pièces, livrées avec un certificat garantissant leur caractère unique. Elles sont facilement reconnaissables, ne serait-ce que par le nom qu’elles portent : Mikado, Périscope, Cracking ou encore Menhir. Cette semaine, en septembre dernier, la plupart d’entre elles étaient exposées à l’espace atelier des Métiers des arts au Salon international Maisons et objet à Paris. « Les dimensions et le poids de mes œuvres luminaires sont colossaux, il est donc impossible d’envisager une distribution par le biais d’un réseau des revendeurs. Les expositions et les grands salons, ainsi que le show-room des Nouveaux Ateliers de Décoration, restent donc notre seul réseau de diffusion », précise en conclusion Philippe Nembi.

Nous écrire

Les champs indiqués par un asterisque (*) sont obligatoires
Nos partenaires :